Contes à penser - Conseil conjugal, thérapie de couple ACTC, Fribourg - Isabelle Moulin

  ISABELLE MOULIN
 Thérapeute de couple  ACTC
Aller au contenu

Menu principal :

Contes à penser

Contes





Perle de février 2015


Aimer l’autre non pour sa ressemblance avec moi, mais pour sa différence, c’est une fécondante rupture, une brèche dans la cuirasse de mes certitudes.

                                               Garaudy



Perle de novembre 2014


Si tu penses comme moi, tu es mon frère. Mais si tu ne penses pas comme moi, tu es deux fois mon frère, parce que tu m’ouvres un autre univers.

         Amadou Hampâté Bâ



Perle de juillet 2014


Si nous sommes incapables d’aimer, c’est peut-être parce que nous désirons être aimé, c’est-à-dire que nous voulons quelque chose de l’autre (l’amour), au lieu de venir à lui sans revendications et de ne vouloir que sa simple présence.

                   L’Insoutenable légèreté de l’être
                   Milan Kundera



P
erle de Mai 2014



C'est que l'Amour n'est pas facile. Il ne se livre pas au premier regard. Il ne se raconte pas, il nous déroute et les images les plus hautes, les plus inattendues ne sont là que pour nous couper le souffle, nous changer le cœur.                                       
                       Jean-Yves Leloup






Perle de mars 2014


Si vous dépendez de quelqu’un d’autre, ce qui vous pend au nez, c’est que vous n’allez pas tarder à exiger de cet autre qu’il vous apporte le bonheur. Puis il y aura une autre étape : la peur, la peur de perdre, la peur d’être repoussé, la peur d’être rejeté, et un contrôle mutuel. L’amour authentique chasse la peur. Lorsqu’il y a amour authentique, il n’y a ni exigences, ni attentes, ni dépendance.

A. de Mello. Quand la conscience s’éveille.
D. de Brower 1994




Perle de décembre2013



Quand rien n'est certain, tout est possible
                                              
                     M. Drabble





Perle d'août 2013


Il y a des fuites qui sauvent la vie :
devant un serpent, un tigre, un meurtrier.
Il en est qui la coûtent :
la fuite devant soi-même.
                  Christiane Singer





Perle de juin 2013 : Le roi et la fourmi

Un grand roi avait de nombreuses femmes et concubines.

Cheminant un jour par les sentiers du désert, il rencontre une fourmilière. Toutes les fourmis viennent aussitôt saluer l'empreinte de ses pas.
Une seule ne se soucie pas de sa présence. Elle reste occupée à un labeur apparemment infini.
Le roi l'aperçoit et se penche sur son corps minscule: "Que fais-tu donc, petite bête?"

Sans se laisser autrement distraire de son travail, la fourmi lui répond :

- "Vois, grand roi, un grain après l'autre, je déplace ce tas de sable.

- N'est-ce pas là une tâche au-dessus de tes faibles forces ? Ce tas de sable te dépasse de si haut que tes yeux ne sauraient en voir le sommet.

- Ô grand roi, c'est pour l'amour de ma bien-aimée que je travaille. Cet obstacle me sépare d'elle. Rien ne pourra me distraire de ce labeur. Et si à cette oeuvre j'use mes forces, au moins je mourrai dans la bienheureuse folie de l'espérance ".

Ainsi parla la fourmi amoureuse. Ainsi le roi découvrit, sur le sentier du désert, le feu du grand amour".

Frédéric Lenoir, L'Ame du monde.
NiL éd., Paris 2012

 
Copyright 2017. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu